Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 12 octobre 2012

Thomson Angers : ce n’est pas aux contribuables angevins de payer les pots cassés

La liquidation de Thomson Angers fait sombrer 350 familles angevines dans la précarité au moment même où la crise économique se fait de plus en plus durement ressentir. Technicolor doit donc assumer pleinement les conséquences de sa décision et faire face à ses obligations contractuelles pour chacun de ses salariés.

En revanche, l’acquisition du site et de l’outil industriel par Angers Loire Métropole serait un mauvais coup supplémentaire porté aux Angevins.

« Ce n’est pas aux contribuables angevins d’assumer l’imprévoyance des exécutifs locaux en place depuis 35 ans. Si la nouvelle génération des élus socialistes veut jouer au mécano-industriel qu’elle abandonne ses mandats et cherche des emplois dans le privé pour découvrir le monde de l’entreprise  »
Louis-Marie Bachelot, Responsable du Nouveau Centre Angers

La fermeture du site de Thomson Angers est une décision de Technicolor connue de longue date. Elle s’inscrit dans la stratégie de recentrage du groupe sur les activités de services au détriment de la production industrielle. Cette décision prend également sa source dans une réalité économique non contestée, celle de la non compétitivité de la production de décodeurs sur le site angevins obligeant Technicolor à essuyer les pertes de Thomson Angers années après années.

Or, les collectivités locales avaient un levier fort pour améliorer la compétitivité du site, assurer la pérennité de l’activité et engager la transition vers de nouveaux acteurs industriels, dans le cadre d’une convention avec Technicolor : l’exonération de taxes et d’impôts locaux pour les entreprises en difficultés.

Ces décisions n’ont pas été prises en temps et en heure, ce n’est pas aujourd’hui aux contribuables angevins d’en assumer les conséquences par une augmentation de l’endettement et une hausse de la fiscalité locale induite par le rachat de l’usine.

En revanche, ce même levier peut être mis en œuvre pour favoriser le développement de nouvelles activités industrielles sur le site et permettre à un maximum de salariés de Thomson de retrouver le plus rapident possible un emploi dans leur domaine de compétence et de savoir-faire.

Écrire un commentaire