Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 janvier 2015

Je reprends ma liberté de parole et d'action

COMMUNIQUE de PRESSE
Vendredi 9 janvier 2015

Louis-Marie BACHELOT retire sa candidature aux départementales sur Angers-5

Après avoir accepté, à la demande de la majorité départementale, de se délocaliser sur Angers-5 pour aider cette dernière à conquérir le canton, Louis-Marie Bachelot prend acte du refus de l’UMP et du MODEM angevin de jouer la dynamique de la complémentarité.
Aussi, en l’absence d’un arbitrage clair du Président du Conseil Général, Louis-Marie Bachelot retire sa candidature sur Angers-5 et reprend toute sa liberté de parole et d’action.

A l’occasion de la réunion du Bureau de la section Angers de l’UDI qui s’est tenue ce jour, Louis-Marie Bachelot a fait état du refus de l’UMP d’une part et du MODEM d’autre part de saisir la main tendue à plusieurs reprises pour bâtir une candidature représentative du territoire de ce canton et des différentes sensibilités de la majorité départementale.

Il s’inquiète par ailleurs de leur absence de projet clair pour le département, notamment en matière de réduction significative de la dépense publique et de baisse de la fiscalité locale.

Louis-Marie Bachelot déplore enfin que bien qu’il en ait alerté le Président du Conseil Général, celui-ci n’ait pas osé arbitrer de manière ferme et transparente sur ce canton pourtant stratégique et qu’il connait bien puisqu’il habite à Cantenay-Epinard depuis 15 ans.

En conséquence de quoi, Louis-Marie Bachelot a décidé de retirer sa candidature sur Angers-5 et de reprendre toute sa liberté de parole et d’action pour ce scrutin des départementales.

mercredi, 07 janvier 2015

Nous sommes Charlie

Communiqué de Presse du PLD

je-suis-charlie-hebdo_5182793.jpg

Le 7 janvier 2015 restera marqué d’une pierre noire dans l’histoire de notre pays. Dix personnes ont été abattues pour leur liberté d’opinion, parmi lesquelles Wolinski, Cabu, Tignous et Charb, et deux policiers sont tombés en service commandé. Ce massacre dans les locaux de Charlie Hebdo n’est pas seulement un attentat contre la liberté de la presse. C’est un crime contre toutes nos libertés. Aucune croyance, aucune conviction ne justifie pareille barbarie. La France doit être unie dans le soutien aux victimes, et ferme dans la lutte contre le terrorisme islamiste qui ne connait pas de frontière. Ferme aussi sur nos valeurs. Céder sur nos libertés au nom de la sécurité serait non seulement inutile comme tant d’exemples récents nous le rappellent. Un tel recul constituerait la plus grande victoire du fanatisme.